La Nouveauté au Moyen Âge

April 1, 2015, a lecture by Michel Zink

D’un côté, le Moyen Age n’aime pas la nouveauté : le monde lui paraît en décadence et ses modèles sont dans le passé. De l’autre, il adhère à la valorisation chrétienne de la nouveauté : homme nouveau, nouvelle alliance. Cette contradiction se résout si l’on observe que le mot “nouveau” désigne au Moyen Age, non ce qui est récent, mais ce qui est vivant et a l’authenticité du vécu. D’où son importance dans le domaine de la poésie et dans celui de l’expérience spirituelle.

Michel Zink est professeur des littératures de la France médiévale au Collège de France. Il est l’auteur de nombreuses publications, dont Poésie et conversion au Moyen Âge; Le Moyen Âge de Gaston Paris; Le Moyen Âge à la lettre: Abécédaire médiéval; Nature et poésie au Moyen Âge; et Un portefeuille toulousain.

Q&A: 48:22